Les nouveautés et réassorts de novembre :)

En septembre, vous aviez accueilli avec beaucoup d’enthousiasme la blouse ALICE en double gaze de coton, un vrai doudou à porter au quotidien !

La voici de retour en novembre avec cette fois des manches longues et une encolure plus dégagée

Elle est proposée sur l’e-shop en 3 coloris qui réchauffent nos tenues :

– bordeaux rosé (tire légèrement sur le framboise)

– moutarde à petits pois noirs

– gris-taupe à petits pois noirs

Vous retrouverez également un classique que vous aimez depuis plusieurs années déjà :

–  La blouse VALENTINE déclinée en milano noir à mini pois dorés

Amatrices de petits volants ? La blouse GABY revient en bleu marine et noir, elle nous habille sans en faire trop, parfaite sous ou un gilet moelleux ou un blazer.

(Elle devait aussi revenir en chambray denim et suite à une erreur dans leur confection, la mise en ligne est malheureusement décalée à quelques semaines, merci pour votre patience !).

Ces 3 modèles sont disponibles de la taille 0 (34/36) à la taille 4 (42/44)

Enfin un petit complément de blouses MARGAUX écru est déjà en ligne (notamment en taille 1 rapidement épuisées en octobre)

Je vous réserve bientôt une autre petite surprise ainsi que quelques réassorts

Continue reading »

Ma collab’ avec Edie Grim :)

Comme la plupart de femmes en hiver, j’attache beaucoup d’importance au manteau, j’aime bien en avoir plusieurs (couleurs, coupes) pour varier les plaisirs et animer cette saison qui est loin d’être ma préférée (mamie frileuse en manque de lumière).

Parmi ceux que je garde d’une année ou l’autre (ou les petits derniers), il m’en manquait un pas forcément facile à trouver : une coupe boyfriend bien chaude.

Ceux que je croise se rapprochent davantage d’une veste plus ou moins épaisse que d’un vrai manteau à même de supporter des températures hivernales.

Aussi quand Héloïse la créatrice du bar à manteaux Edie Grim me contacte début septembre pour que nous en imaginions un toutes les deux, j’ai sauté direct dans ma voiture pour la rejoindre au « Vestiaire » situé à 10 mn de chez moi, là où se trouve son showroom.

Je connais son travail, nous avons pas mal de goûts en commun et elle a un accès privilégié à de très beaux draps de laine via l’entreprise familiale roubaisienne « Peucelle & Florin » dirigée à ce jour par son papa, auparavant par son grand-père depuis sa création en 1938 en plein essor du textile sur la métropole lilloise à l’époque.

Malgré la crise du textile dans les années 70, ils ont su rester debout en proposant d’autres services à leurs clients. C’est un peu une « institution » sur Roubaix, connue pour son savoir-faire depuis 3 générations, et aussi un lieu superbe chargé d’histoire dans lequel nous avons fait le shooting photo.

Et ce manteau alors ? Après avoir touché un certains nombre de tissus, scruté les compositions et échangé sur plusieurs critères, nous sommes vite tombées d’accord :

– Notre manteau sera gris souris, une couleur douce et intemporelle, facile à porter tous les jours et avec tout.

– Une coupe boyfriend (mais pas oversize non plus) avec de larges emmanchures pour glisser dessous d’autres épaisseurs type blazer ou gros pull (plus difficiles à caser sous un manteau redingote)

– Un drap de laine dans l’esprit des cabans avec un beau tombé chic (sans être raide) et contenant au moins 70% de laine

Jusque là, c’est chouette mais somme toute classique et sans réelle différenciation.

Place aux détails qui distinguera notre manteau avec ce qui fait justement la signature d’Edie Grim :

– La doublure entièrement en drap de laine que nous avons choisie à petits carreaux anglais, on la retrouve sur l’extérieur en repliant le bas des manches (je craignais que cela « accroche » lorsqu’on l’enfile mais comme celles-ci sont assez larges, ça passe tout seul)

– Les poches : j’ai un faible pour celles placées en biais et pas trop hautes pour y plonger naturellement les mains, avec un rabat (plus chic) et un passepoil coordonné à la doublure (j’adore ce détail bien pensé par Héloïse)

Enfin ceinture or not ceinture ?

Là on s’est un peu emballées au début avec une ceinture bi-goût : une face unie et l’autre à carreaux pour finalement faire marche arrière et la laisser 100% unie.

Porter un manteau bien ficelé à la taille , c’est à la fois « looké » et hyper féminin mais faut oser quand même !

La ceinture est donc amovible (passants sur les côtés) et s’utiliser selon son look ou son humeur.

Pour une silhouette (presque) complète, nous avons ajouté des accessoires : une maxi-pochette grise + une petite à carreaux (vendues ensemble) et une grande étole à carreaux.

Je vous laisse découvrir les photos (pardon si je ne suis pas archi-souriante sur toutes, le photographe m’intimidait #oups et pour la minute transparence, je lui avais suggéré de légèrement retoucher mes poches/cernes/rides si besoin et je vois bien qu’il l’a fait, effet jeunesse en images mais pas en vrai hélas !)

Et je vous parle plus bas du prix + tailles disponibles + où le trouver (et même l’essayer pour les filles du Nord)

Continue reading »

Les nouveautés et réassorts d’octobre

Vous souhaitiez le retour de la robe ELISE, la voici dans un nouveau crêpe de saison : un peu plus épais avec un joli tombé chic et fluide (toujours sans repassage).

Pour les inconditionnelles de blouses, je suis très heureuse de vous présenter sa petite sœur ELLA qui conserve la même encolure en V, ses jeux de plis plats avec une basque arrondie devant croisée en portefeuille.

Elle est un peu plus large que la robe et reste identique en carrure.

2 coloris sont proposés sur l’e-shop :

– Rouge foncé (attention, le rendu en photos est plus clair qu’en réalité, il s’agit d’un rouge qui tire très légèrement sur le bordeaux)

– Noir

La blouse MARGAUX écru fait également son entrée : coupe plutôt droite avec une finition arrondie à la base forme « liquette », encolure ronde dégagée et petites fronces aux manches : un joli basique féminin qui s’associe avec toutes nos tenues !

Continue reading »

Un bon jean, c’est quoi ?

En matière de jeans, je suis devenue au fil du temps un tantinet exigeante (l’âge ma bonne dame) et qu’ils soient chers ou non, je passe au crible un certain nombre de critères, quitte à monopoliser la cabine d’essayage pendant 3/4 h (vieille et pénible)

Ceux qui me feront passer à la caisse et à l’inverse les rédhibitoires :

– Coupe flatteuse qui allonge la jambe (logique)

– Délavage naturel (rien de pire que des espèces de « moustaches » bien marquées ou un contraste trop important avec la couleur de base, comme s’il avait été javellisé sans ménagement au niveau des cuisses et des fesses #vulgos)

(Le jean neige d’un goût exquis est par exemple hors jeu, j’en ai fait l’amère expérience au collège toute fiérote d’être la seule à en porter, on comprend pourquoi hein !)

– Souplesse de la toile (sans être trop stretch, on veut pas un jegging non plus), là j’exécute toutes sortes de squats et contorsions pour m’assurer qu’il suit mes mouvements (gracieux) et qu’il revient en place.

– Emplacement de la taille et maintien :  trop basse, c’est le sourire du plombier et trop haute = gros boule + bassin élargi (ça et le « Mom Jean » de Brenda Walsh époque « Beverly Hills », j’évite direct). Le maintien quant à lui est plus sournois, devoir remonter son jean par les passants de façon distinguée, c’est insupportable et j’ai parfois du mal à détecter cette faille potentielle en cabine (souvent le problème chez Zara)

– Taille et emplacement des poches arrière : capital ! trop petites = gros derrière, trop grandes et/ou trop basses = fesses aplaties comme une crêpe. J’ai un faible depuis longtemps pour les jeans Levi’s, inégalables à mon goût en terme de flatterie pour l’arrière-train.

Ceci dit, je peux aussi faire preuve d’une grande contradiction (ex : ma collection indécente de jeans « Sally » Ba&sh : coupe et dégaine que j’adore mais fesses horribles, le bémol en général des boyfriends, une veste, une blouse ou un gilet long sont les bienvenus pour cacher tout ça !).

Bref, choisir le jean qui nous va bien en réunissant tous les critères importants pour nous n’est pas une mince affaire.

Ainsi, quand la marque Grain de Malice m’a proposé de venir découvrir leurs nouveaux jeans de rentrée et donner mon avis, j’ai sauté sur l’occase, les chefs de produits et stylistes auront certainement des petites astuces de pro à partager, pour nous guider au mieux dans ce choix délicat.

Parmi tous les modèles présentés ce jour là dans leurs bureaux, j’en ai retenu deux : le « London » coupe slim en deux coloris (brut légèrement délavé et gris) et le « Sydney » coupe boyfriend, coloris brut et je vous en livre mes impressions pour chacun avec leurs points forts et leurs points faibles.

Continue reading »