Oh Gaby !

Alors bien sûr, Alain Bashung y est pour quelque chose dans le choix de ce prénom.

« Gaby, je t’ai déjà dit que t’es bien plus belle que Mauricette ? Qu’est belle comme un pétard qu’attend plus qu’une allumette ».

Mythique, j’adore !

Plus sérieusement, côté coupe et détails de Gaby :

Je voulais une blouse qui convienne à un maximum de silhouettes, dans laquelle on se sent bien tout de suite, avec une ampleur qui fasse un joli mouvement (sans l’être trop non plus) et qui puisse s’accorder facilement avec tous nos essentiels de garde-robe :  jeans fétiches, petites jupes qui nous font une belle guibole, pour « twister » un pantalon un peu classique.

Je l’ai voulue avec un petit volant car je dois reconnaitre que cette tendance forte me plait beaucoup, à condition d’être bien dosée et placée au bon endroit (enfin à mon goût hein !)

Placés partout sur un vêtement (sur les manches, le col, le devant et dos), ça peut vite faire meringue avec un risque d’overdose non négligeable.

Dans le sens inverse, uniquement sur les côtés à la verticale ou dans le dos, le vêtement perd de son charme dès lors qu’on ajoute une couche par-dessus.

Par temps un peu frisquet ou juste pour le plaisir, c’est sympa de pouvoir compléter ses looks avec une veste ou un gilet…

Imprégnée de ces divers constats personnels : mon volant sera placé devant.

En ce qui concerne l’ampleur, pour vous donner un ordre de comparaison avec d’autres modèles, la ligne évasée que j’affectionne est moins prononcée que sur les blouses Valentine, j’ai également revu la longueur, elle est un peu plus courte (de 3 cm environ selon les tissus)

Le pli creux d’aisance au dos la rend très légèrement asymétrique par rapport au devant (un chouïa plus longue au dos, notamment pour couvrir les fesses).

Enfin sur les tissus, j’avais à cœur pour entamer la saison de proposer 3 déclinaisons complémentaires.

Présentations !

Continue reading »

Les blouses Chloé sont en ligne ;)

 

Tiens, tiens, le thermomètre remonte, ce qui veut dire moins de couches à accumuler et donc le plaisir de retrouver nos blouses féminines, quelle bonne nouvelle !

S’il est encore un peu tôt pour envisager des tenues printanières, on a envie d’apporter du peps à notre garde-robe en cette période hivernale.

Pour une transition en douceur, la blouse Chloé fait son retour dans ces tissus que vous aviez appréciés au cours des mois précédents : chauds, souples et très confortables.

Sa basque froncée « peplum » dynamise nos looks les plus basiques et son jeu de découpes devant soulignées de passepoil apporte la touche de chic.

Elle vous accompagne en toutes occasions, au bureau comme en soirée !

Elle est en ligne sur l’e-shop  en 3 déclinaisons :

– Noir / Pois floqués noirs

– Gris / Pois floqués noirs

– Bordeaux

Continue reading »

Maxi Trendy Châle et 8 ans de blog aujourd’hui !

18 janvier 2009 : mon premier article est posté, pfiouuuu je m’en souviens (presque) comme si c’était hier, le cœur tout tremblant sans imaginer alors les chemins que ce blog amateur me ferait emprunter, avec ses embûches, quelques déconvenues et erreurs de parcours mais surtout tellement de joie avec vous !

La vache 8 ans quand même ! Sans déconner, ça me file une de ces coup de vieux (pour changer), dire que j’étais encore une « jeune maman » avec des enfants « en bas âge » et aujourd’hui, je m’achète toutes sortes de crèmes anti-rides (sans aucun effet miraculeux, ça se saurait), je découvre cette semaine que j’ai du cholestérol (tellement glamour) et mes ados au quotidien sont pour le moins « déroutants » (à mon avis, ce sont eux les premiers déclencheurs de rides, pas juste le temps qui file, vous croyez pas ??!).

Est-ce que ces années permettent de gagner petit à petit en sagesse et sérénité ? Ce serait tout de même un avantage légitime pour nous les quarantenaires.

Alors oui et non.

Tenez l’autre jour, j’ai fait preuve d’une belle maturité en… me coupant moi-même les cheveux : l’idée de départ était de rectifier une petite mèche et ce mini coup de ciseaux qui devait être sans conséquence en a rapidement appelé un autre, puis de l’autre côté tant qu’à faire schlak-schlak  n’ayons pas peur d’avoir la main lourde !

Je fignole avec le rasoir de mon poilu et m’auto-congratule Eh eh ! Voilà le travail, je suis une artiste, merci public !

Le soir venu, je me prépare aux compliments de l’être aimé qui seront sans aucun doute nombreux vu la réussite indiscutable de ce rafraichissement capillaire « DIY » et ajoutons qu’un homme remarque TOUJOURS quand sa femme est allée le coiffeur => tout compte fait, il ne va pas se passer grand chose de croustillant.

Sans prévenir, c’est tombé : Elle est bizarre ta coupe, t’as fait quelque chose ? Parce que t’as un peu une drôle de tête.

Drôle ???!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Quôôôaaaaaa ????????????????!!!!!!

Vérification en secouant la caboche dans tous les sens : mon Dieu !! Il a raison le chameau, en fait ça ressemble à rien sauf peut-être à un espèce de bol que Mireille Mathieu ne renierait pas (la frange bombée en moins).

L’expérience réjouissante s’est bien entendu soldée chez un pro : la petite Anaïk trente-douze ans 1/2 a bien été obligée d’admettre qu’elle avait joué à la coiffeuse, classe.

Côté tricot, là aussi, je me suis un peu emballée pensant bien connaitre le « Trendy Châle » quelle que soit la laine ou taille d’aiguilles, mais bien sûr !

Et donc tricoter 60 cm de hauteur confiante au début pour finalement tout défaire, bon ok sur des aiguilles 9 mais quand même ça vexe !

Il m’aura fallu recommencer entièrement avec quelques modifs que je partage avec vous (si d’aventure il vous tente).

Continue reading »

Lavallière or not lavallière ?

Il y a ces filles qui peuvent absolument tout porter et s’assurer une dégaine cool et rock, elles savent mieux que quiconque décaler des pièces « dadame-boubourge » avec le bon jean, la bonne veste ou les bonnes shoes comme si c’était une évidence, elles ne s’interdisent rien et ça fonctionne au premier coup d’œil, rhaaaaa elles m’énèèèèèèèrvent !

Moi j’ai constamment l’impression de me chercher, certains jours coulent de source (bénis soient ceux-là) et d’autres, c’est la panne sèche devant un placard (trop) rempli.

Je SAIS tout de même que certains trucs vont me faire prendre 20 ans, et mes tentatives de détournement resteront vaines d’où parfois quelques erreurs de casting, quand ça veut pas hein !

La lavallière en est le merveilleux exemple, sur moi ça fait nettement plus référence à Bernadette Chirac avec son petit sac strict sur les genoux (ou Thérèse du Père Noël est une ordure) qu’à une modeuse faussement désinvolte. Et pourtant, je suis une grande fan de nœuds-nœuds dans tous les sens (à la taille, en foulard autour du cou, en head-band…).

Aaaah, ces moments de solitude où on pense tenir une chouette association avec de la gueule et on a juste l’air bien coincée du derch’ (ou à côté de la plaque).

Malgré ces pièges que je pense connaitre et être donc en parfaite maîtrise de mes capacités mentales, j’ai tenté la chose (obstinée ou coconne, allez savoir)

Et trouvé la parade, suffit de pas faire le nœud, eh eh !

Continue reading »