ALICE

Top oversize ALICE en drap de laine

A mi-chemin entre le cropped et la cape, le top Alice oversize s’inspire de ces deux tendances incontournables cet hiver. Sa matière noble lui confère une tenue à toute épreuve et vous enveloppe d’une douce chaleur.

La souris’ touch : preppy sur un jean slim reboulé aux chevilles ou néo-bourgeoise en jupe midi, à moins que vous ne soyez une inconditionnelle des micro-longueurs, tout est permis. A enfiler comme un bon vieux pull moelleux, il réveille à coup sûr votre vestiaire en vous apportant une dégaine dans l’air du temps.

Matière et couleurs :  drap de laine,  camel et  rouge

Détails : coupe plutôt courte et oversize – encolure et bas de manches soulignées d’un biais noir satiné et strié  – coutures surjetées – Longueur milieu dos : 53 cm

Taille : unique

Disponibilité : épuisé

Prix : 55 euros

La jalousie est un vilain défaut

En matière de grands principes éducatifs, je suis championne du monde pour bassiner mes lardons, combien de fois je leur répète de se contenter de ce qu’ils ont déjà plutôt que de zieuter en permanence l’assiette du voisin : « Quentin a la Wii et pas nous, ma copine a des super chaussures qui respirent et pas moi », j’en passe…de vrais malheureux ces enfants.

Je le confesse, à moi aussi il m’arrive de trouver l’herbe plus verte ailleurs et dans ces moments là, je me trouve miteuse tant cette sensation est désagréable.

Il peut s’agir de considérations bassement matérielles comme comparer (rien que le mot, beurk) ma baraque à celles de nos propres amis et les envier, pas très glorieux, hein !

J’envie aussi certains talents, commes celles qui écrivent à la perfection en trouvant toujours le mot juste pour exprimer leur pensée ou encore celles qui n’ont peur de rien et foncent au culot sans poser des milliards de questions tandis que l’inconnu me paralyse, j’en ai fait mon combat quotidien, c’est dire !

Ma dernière jalousie en date ? Une tuerie de blouse présentée par Aurélie il y a quelques semaines. Aussitôt vue, aussitôt convoitée.

Comme vous le savez, j’ai rencontré un paquet d’embûches pour vaincre la mienne, serait-ce une punition ?

Le projet d’une belle patte de boutonnage parti en sucette, il fallait trouver une solution de repli.

Pantalon carotte Zara – Derbies Eram – Collier Pimkie – Vernis Hello Kitty – Ceinture en coton tressé H&M – Rouge à lèvres Revlon (rhooooô, j’ai osé) coloris 646 « Super lustrous lipstick ».

Le patron ? Eh bien, sans surprise, encore le modèle R du Stylish Dress Book 2 que je surexploite, les déclinaisons possibles se bousculant au portillon. Accro au passepoil, j’ai poussé le vice jusqu’à en poser sur les emmanchures, du coup, j’ai eu la main plus légère sur le devant.

Quant au tissu, c’est un coupon from Toto Lille, une saleté fragile et glissante, la totale ! Gros coup de coeur par contre sur la couleur indéfinissable entre taupe et violine

Pardon pour cette honteuse confession qui mine de rien me rend déjà plus légère et…moins jalouse. Les bienfaits de la blogothérapie ?

Edit : je ne peux m’empêcher de rebondir sur les comms d’Eva Birman et Bulles d’Infos que je rejoins à 100 %, l’envie peut en effet être prise au sens positif du terme si elle devient un moteur ou une stimulation constructive. C’est bien dans cet état d’esprit que je me suis concoctée cette blouse et non en serrant les dents pour retenir une quelconque aigreur, je fuis ce sentiment comme la peste, et comme le dit justement Cilou, il est destructeur et rend tout simplement malheureux, alors non merci !!!!!

Alice au pays du camel

Titre directement inspiré par Spiruline sur la version rouge, voici le troisième coloris du top oversize ALICE dans un doux camel, toujours en drap de laine, ma matière fétiche de l’hiver.

Cette couleur annoncée comme la tendance phare de cet hiver n’est pas forcément très rock’n’roll au premier abord, et malgré tout j’en fais ma came quasi-quotidienne depuis quelques semaines (amis des jeux de mots moisis, soyez les bienvenus).

Top ALICE une souris dans mon dressing (disponible ICI) – Pantalon carrot Zara – Derbies Zara – Collier Kapagande

Sous le top camel se cache une nouvelle blouse qui m’a demandé un self-control hors du commun, j’en ai bavé comme une malade pour en  tirer quelques chose de décent avec pas moins de 3 déconvenues irréversibles.

Mon idée de départ ? Créer une large patte de boutonnage, ce n’est pas la première à mon actif et pourtant c’est le drame :

Erreur monumentale sur les mesures avec un décalage d’au moins 2 cm sur les pattes, je suis bonne pour recommencer à zéro. Les boules.

2ème tentative qui se solde par un nouvel échec :

Cette fois, le tissu ultra-fragile (du satin de coton) me fait le cadeau d’un début de trou, je venais à peine de crier victoire pour cette patte presque nickel. Je crie maintenant de rage et je recoupe. Les grosses boules.

J’ignore encore ce qui m’a retenu de tout flanquer à la poubelle, mon côté borné peut être ?

Suite au prochain épisode…

Le cas du vernis khaki

Après l’énorme buzz provoqué par le désormais vernis culte « Particulière », vu sur tous les ongles de France et de Navarre (au moins !), Chanel lance un nouveau trio très alléchant mais décide de donner dans le snobisme avec une distribution ultra-sélective, le St Graal est (ou plutôt était) disponible uniquement dans les boutiques du même nom rue Montaigne et rue Cambon.

Malgré un agacement certain sur ce type de commercialisation élitiste, je suis rentrée samedi dernier dans la boutique de la rue Cambon et la réponse que nous redoutions avec Sarah est tombée, implacable. Plus un seul vernis de la gamme khaki à Paris et on peut se gratter pour espérer le voir atterir un jour dans nos pauvres petites provinces.

Le monsieur à l’allure ô combien précieuse chez Chanel ne s’est évidemment exprimé de cette façon, restons chics !

Voilà comment faire tomber comme un soufflé cette envie de vernis, d’autant qu’il doit bien exister une petite alternative provinciale plus accessible, dans tous les sens du terme.

Un petit tour chez Monop’ (Inno pour les ch’ti girls) avec mes filles toujours excitées de tripoter le maquillage pile à leur hauteur et l’affaire est dans le sac pour 7,50 euros.

Vernis Hello Kitty – coloris Amber Wood – N°3

Je ne vous raconte pas la tête de mes cocottes à la fois amusées et consternées de voir leur mère acheter du vernis siglé de LEUR idole.

Côté crash-test, il semble tenir la route la route le p’tit, j’ai mis toutes les chances de mon côté en appliquant une base et un top coat et surtout en m’armant de patience entre les deux couches de rigueur.

J’avais justement besoin d’une motivation pour faire progresser un certain défi à la traîne :

A J-7 de la deadline, je comptabilisais encore hier 15 pauvres centimètres, à peine le tiers, voyez un peu le rythme effréné. 

L’été indien de ce week-end m’apporte le coup de turbo indispensable : on n’est pas bien là, confortablement installé au soleil les aiguilles dans les mains ? Activité aux antipodes du glam’ pour l’Homme, c’est un fait.

 A l’heure où je vous écris, ça progresse doucement mais sûrement, pourvu que le résultat soit à la hauteur de tant d’efforts…

Rassurez-moi, vous n’êtes pas déjà toutes prêtes pour le 17 ???

Bon dimanche et à demain !