L’assiette surprise

Si votre progéniture passe à table en sautant de joie, et vous dit « merci maman, c’est trop bon » ou mieux encore « on peut en ravoir ? », passez votre chemin et sachez que je vous envie au plus haut point.

Si au contraire, vous vous arrachez les cheveux pour les faire becqueter, qu’ils font mine de se faire vomir devant 3 pauvres haricots verts et chouinent à chaque repas, ce billet pourra probablement susciter votre intérêt.

Les goûts culinaires de mes lardons étant extrêmement limités, tout comme ma patience à leur égard lors de ces moments qui partent bien souvent en sucette, je leur prépare au moins une fois par semaine ce que j’appelle « l’assiette surprise ». Késako ?

Grosso modo, il s’agit tout bêtement d’un j’y-fous-tout présenté de façon festive et dont la préparation demande maxi 5 minutes montre en main.

Vous voyez ? Tout y est, carton assuré : lardons contents et zéro culpabilité côté maman.

Outre le côté pratique, l’assiette surprise est en quelque sorte ma madeleine. Petite, my mum nous les préparait  le samedi soir, et cerise sur le gâteau, on avait même le droit de se les taper devant Disney Parade sur FR3 ou Champs-Elysées sur Antenne 2 (quoi, ça date ?) installés royalement dans la chambre parentale.

Pour que le succès soit au rendez-vous, j’attire votre attention sur un point capital : les assiettes doivent être parfaitement identiques, à la frite de concombre près, le cas échéant, vous vous exposez à un drame familial de grande envergure.

Et pourtant, vous noterez peut être qu’il manque un certain nombre de choses sur la place de gauche. En effet, Ninon n’aime ni le tarama (bon, soit, je peux le comprendre) ni les fraises, coupées vite-fait avec amour en petits morceaux et arrosées de Canadou, pénible, non ?

Et vous, vos astuces imparables pour les faire manger sans les entendre râler ??? HELP !

Rose en touche

Le thème du Défi’13 de mai ? Qui l’ignore encore ?  Le ROSE. A la bonne heure ! J’ai justement un petit coupon de Liberty Mauverina qui ne demande qu’à être utilisé. Quand l’occasion fait le larron en somme.

Patron adapté de ma première robe-bustier de l’été dernier avec quelques ajustements comme le devant arrondi et le dos creusé avec ajout de parementures pour que l’ensemble tombe un minimum correctement.

Pas trop le temps de causer ce matin mais je vous ai tout de même préparé un petit défilé, merci à L’Homme d’assurer sans râler (ou presque). Je lui en suis d’autant plus reconnaissante que cette nuit, j’ai rêvé qu’il me quittait, je le voyais batifoler avec des radasses tout content, tandis que je pleurais toutes les larmes de mon corps. Horrible.

Version décontractée avec la désormais basique chemise en jean, un pantalon kaki reboulé, et des sandales. Bref, un look dans lequel je me sens bien, féminin sans en faire des caisses. Le sophistiqué new-yorkais à la SJP, très peu pour moi ! (N’empêche, vivement la sortie du film début juin).

Bustier Liberty création « une souris dans mon dressing » – Chemise en jean H&M – Sautoir Pull & Bear (à défaut de mettre la main sur le sautoir noeud de La  Poule) – Pantalon chino d’homme H&M – Sandales André.

Puis on garde les même ingrédients en troquant la chemise contre une veste esprit officier :

 

Veste création « une souris dans mon dressing »

Version plus chic avec une veste officier épaulée, jean large, des talons et une pochette :

Veste officier Zara – Jean large Zara (pas tout jeune) – Sandales Minelli – Pochette Free’p’star

Dites, vous préférez laquelle ?

Pour voir toutes les pink créations, c’est par ICI !

Bustier à la sauce vichy

 

Le bustier, sous toutes ses formes, est annoncé comme le hit incontournable de cet été, présenté le plus souvent sous forme de combi en version robe, short ou pantalon. Je dis un grand oui à ces petites choses ultra-féminines mettant en valeur les épaules.

Il y a néanmoins un bémol et pas des moindres : les occasions de les porter sont plutôt limitées, surtout avec cette météo pourrie pas vraiment décidée à se faire la malle. Eh printemps, tu la ramènes ta fraise ou bien ????

En attendant, il faut trouver une parade à cette sinistrose ambiante. Et pourquoi pas un bustier dans sa version courte à porter sur un jean avec une petite veste ?

Adapté de ma robe-bustier forme empire de l’été dernier, j’ai opté pour le vichy assez copain avec la tendance rockabilly du moment.

Bustier création « une souris dans mon dressing » – Veste Promod – Jean coupé à crû Promod – Foulard Epice – Boots Underground – chaussettes  H&M.

Et quand le thermomètre affichera enfin des températures décentes, je pourrai faire tomber la veste et remiser les chaussettes au placard pour les troquer contre des ballerines, c’est trop demander un 12 mai ?

Collier plastron Pimkie – Ballerines sans âge Naf-Naf

Je vous à dis à demain pour le Défi’13 avec un autre bustier mais dans une forme un rien différente. D’ici là, je pars m’acheter un nouveau nez car un espèce de spot XXL, que dis-je une péninsule s’est installée en plein milieu et, bien sûr, j’ai eu l’idée ingénieuse de le charcuter, je suis au top.

Bon mercredi !

Mais qu’est-ce qui m’a pris ?

Qu’on se le dise, je suis une fille faible et terriblement influençable. Voilà comment je me suis retrouvée hier matin l’oeil glauque et la langue pâteuse (rapport à un abus de boisson à fines bulles la veille) en train de couper à l’arrache un vieux slim.

Et pourquoi cette idée saugrenue ? Pour dévoiler mes sublimes chevilles évidemment. Meuh non, j’ai tout simplement lu l’article signé par deux prêtresses de la mode dans le dernier ELLE avec pour intro prometteuse, je cite : « on connaissait le principe du détail qui change tout, Sophie Fontanel et Lauren Bastide vous font découvrir le véritable secret des reines du style ».

Outre la photo avec détail fleuri + chaussure à lacets (je veux un short en Liberty !), une autre a retenu mon attention. Par contre, je passe volontiers mon tour sur le short trop grand superposé sur un cycliste ou le soutif noir sous le TS troué, la classe à Dallas.

Garance Doré, toujours en avance d’une tendance avait déjà donné un bon coup de ciseaux à son slim et le résultat était plutôt sympa.

Crédits photos Garance Doré

Sarah en a fait de même avec son vieux, très vieux jean :

Crédit photo Sarah Babille

Dans un premier temps, pieds nus avec mon jean coupé et effiloché, je me suis trouvée pour tout vous dire un poil stupide. Ce n’est qu’en enfilant des shoes que j’ai pris la mesure d’un début de potentiel à ce carnage. La longueur 7/8 a en effet l’avantage non-négligeable de mettre en valeur les chaussures et ce petit côté 60’s n’est pas fait pour me déplaire.

 

Veste sweat et Liberty création « une souris dans mon dressing » – vieux jean slim Promod – TS et ceinture Zara – Derbies Carrefour (été 2009)

Dans la série bidouillage, je me suis aussi bricolé un petit collier vite-fait en tressant du biais Liberty avec une chaîne en ajoutant quelques navettes argentées (fournitures La Droguerie). Résultat ? L’Homme m’appelle Crocodile Dundee.