Terrain glissant

Comme vous le savez, j’ai une prédilection pour tout ce qui touche au casse-gueule et ce au sens propre comme au figuré, c’est comme ça, on ne peut pas lutter contre sa nature.

Avant de vous présenter cette fameuse créa qui entre pile poil dans la catégorie hautement risquée, j’ai envie de vous causer un peu de l’esprit dans lequel elle devait s’inscrire : la femme des années 50 ou l’élégance incarnée, dans la veine de la série glamour « Mad Men », loin du bling-bling et autres clous de l’hiver dernier, voyez en gros l’idée.

Continue reading »

Bien chez soi

Mon père me disait toujours (et dieu sait combien ça m’agaçait) : un effort est toujours récompensé. Je suis bien obligée de lui donner raison une fois encore, certes on en a bavé à repeindre la maison non-stop depuis jeudi mais le résultat en vaut la peine, ça fait un bien fou ce changement. Sauf pour l’Homme qui s’est cassé le dos en déplaçant les meubles à l’arrache, il déguste le pauvre.

Bien contente aussi de troquer mon infâme tablier contre une tenue disons normale, d’autant plus que ce retour inespéré du soleil m’a donné une furieuse envie de légèreté, j’ai donc ressorti ma petite robe blanche boudée tout l’été, esprit de contradiction quand tu nous tiens.

A grand renfort d’adjuvants de saison (gros foulard félin, collants opaques, croquenots et gilet en laine), je ne vois pas pourquoi les robes dites estivales devraient rester au placard.

Continue reading »

Lifting

On avait promis à notre pauvre petite maison un lifting bien mérité et puis rien, quedale, nada, on l’a laissée braire dans son coin en lui prêtant le moins d’attention possible, c’est qu’on avait d’autres chats à fouetter voyez-vous, quoi c’est de la mauvaise volonté ?

Comme les projets se débloquent toujours à l’aide d’une carotte, on s’y est collés avec l’Homme en ce sublime jour d’armistice, c’était ça ou se pendre, rapport à la météo.

Continue reading »

Fauve qui peut

Qu’on se le dise, dans le top ten des tissus infernaux à travailler, la fourrure occupe de loin la première place du podium, la soie à côté, c’est de la gnognotte.

Lorsque je suis tombée sur ce coupon de fourrure à l’imprimé léopard, ma cervelle a cessé de fonctionner normalement et a omis de me mettre en garde contre la galère couturesque qui m’attendait.

Continue reading »