La jupette part en goguette

Du 100% coton, du carreau, du bleu, une coupe impeccable avec de jolies finitions, le tout pour 29,90 euros, voilà à mon goût les bons ingrédients d’une petite jupette preppy facile à mixer.

Son petit plus qui ne me laisse jamais indifférente : les poches. Vous commencez maintenant à me connaître en tant que pocket addict, adieu les bras ballants et le paquet de clopes qui traîne (c’est mal, je sais).

Le verdict de l’Homme ? Forcément avec du cuissot bien en vue, il est tout content, un vrai mâââle.

Pour décaler le côté écolière, j’ai misé sur la pièce incontournable du dressing 2009-2010, la veste noire, chacune d’entre nous en possède au moins une, la mienne traverse le temps depuis près de 15 ans avec sa coupe sobrissime. Pourquoi changer ?

Veste quasi-vintage Promod – Jupe Monoprix – TS H&M – Foulard Pimkie – Boots André

Tentons la superposition avec du top à paillettes dans un esprit 80′s :

avec un TS bleu qui jure terriblement avec la jupe

ou gris, guère mieux.

Ce top à sequins mats du suédois fait partie du top 10 de mon dressing mais j’avoue quelques difficultés à l’associer, frileuse comme je suis, la sous-couche est indispensable. Vos suggestions seront les bienvenues.

Puisque l’automne pointe le bout de son nez, avec des températures plutôt fraîches le matin (Catherine Laborde, sors de ce corps), et des rillettes à midi (amis de la poésie), la veste et son compatriote le perfecto sont de sortie.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un excellent week-end ensoleillé, le soleil de la côte d’Opale et la cueillette de mûres m’attend avec mes lardons sous le bras, dorlottés par papa-maman. L’Homme féru de chasse préfère m’abandonner, malgré le pouvoir attractif de la jupette. Vous le croyez ?

L’échec du sarouel (suite et fin)

Je ferais quoi sans la blogo moi ? Des bourdes modesques monumentales ? OUI, sans aucun doute.

Merci à toutes pour vos avis parfois bruts de décoffrage mais souvent drôles et en tout état de cause bourrés de franchise bienveillante.

Si on devait établir des statistiques, mon petit sarouel navy a remporté quelques 2 % en sa faveur, bien maigre score qui m’a conduit, vous l’aurez compris, à le rapporter.

Outre votre forte influence, je préfère de loin sentir un regard amoureux chez L’Homme, voire éblouï (on peut rêver, non ?) qu’une impression de dégout dans ses yeux. Ajoutez à cela, une déformation rapide de la chose concentrée sur les genoux, imaginez les poches informes et ce n’est plus un pyjam’ mais une serpillière dans le meilleur des cas.

Toujours est-il que je garde cette idée de sarouel bien ancrée dans la caboche et comme ma copine Sarah me le conseillait à juste titre, attendons sagement les soldes pour en dégoter un de bonne facture. D’ici là j’en connais un qui prie pour que je retrouve la raison.

Quitte à faire le déplacement pour rendre le sarouel (bien repassé), autant jeter un petit coup d’oeil aux collections des fois qu’une vraie merveille m’atttende sur son portant. Bingo, une petite pièce so preppy sous le bras et j’oublie ce malheureux fashion faux-pas.

Je reviens vers vous demain avec la petite pièce en question mise en scène avec mes copines du dressing, du look quoi.

Avant de vous quitter, je vous propose de gagner des cadeaux et pas de la gnognotte, à partir d’aujourd’hui et jusqu’à lundi. Sponsorisée, moi ? Vous n’y êtes pas.

Sarah Babille, oui toujours la même, célèbre le 1er anniversaire de son blog et à cette occasion, la belle organise un concours sur son blog avec jolis cadeaux à la clé. Un seul mot : foncez et pas forcément pour les cadeaux, Sarah écrit comme une déesse, j’envie son talent, chacun de ses billets est un concentré de plaisir.

Encore mille merci pour tous vos petits mots, j’ai pris un peu beaucoup de retard dans mes réponses, je fais le max pour me rattraper.

A demain ! 

Sarouel : autre tentative

Quand on a une une idée en tête, on ne l’a pas ailleurs, c’est un fait.

Faire accepter par l’Homme la venue d’un sarouel sur mon postérieur en est un autre ou plutôt un objectif, yes I can.

Suite à un premier échec cuisant au printemps dernier (remember le yogging-sarouel H&M), je m’étais orientée sur un sweat-pant espagnol de rentrée qu’il m’a fallu rendre à contre-coeur, le présumé St Graal se trouant au bout de quelques jours. Toujours chez Zara, je dégote à titre d’échange un carrot-pant à la coupe et au tombé irréprochable. Et contre toute attente, l’Homme le valide.

Vous auriez aimé une petite photo de ce joyau ? Même pas le temps, celui-ci s’est déchiré à peine quelques heures après l’avoir enfilé. Je ne bénis pas le Made in India sur ce coup là, et encore moins la qualité désastreuse de mon désormais ex-ami Zara qui avait par ailleurs reçu plusieurs retours sur ce modèle.

Je dois me faire une raison, je ne suis pas copine avec les pantalons.

J’ignorais à ce moment qu’au détour d’une virée express chez Inno (le Monop’ de Marcq-en-Baroeul) dont le but était d’acheter (juste) des ballerines pour ma gamine ma cocotte, je dénicherai (presque) par hasard ce sarouel navy, relativement soft au niveau de la fourche, entendez la longueur de l’entrejambe.

Sans surprise, l’Homme et le reste de ma tribu inclus ont ricané tout en me demandant pourquoi je zonais en pyjam’ avant de dîner, c’est si bon ce soutien familial dans mes errances modesques.

Voici en vrac quelques associations en misant sur la sobriété d’un TS blanc, vaut mieux y aller mollo avec ce genre de pantalon mou.

En mode cocoon :

Veste homemade – TS et ceinture H&M – Foulard soie Promod – Boots André

La fête à la paillette (copyright ELLE) :

Veste à sequins La Redoute Création – Foulard coton et lurex Kiabi

En tunique courte et loose :

Tunique homemade (l’année dernière) – Foulard sequins Bershka

En perfecto sans manches qui devrait avoir prochainement un petit frère de saison :

Perfecto clouté homemade

Vous vous dites peut être que c’est bien gentil tout ça mais de dos, ça donne quoi ?

Certes, il y a plus flatteur mais on a déjà vu pire, non ???

J’allais oublier son prix : 19,90 euros. Faut pas se leurrer, à ce prix là, on a de la viscose que je fuis en principe comme la peste mais conjugué à 15 % de laine, on limite un tant soit peu l’effet cheap.

De deux choses l’une, soit j’assume sereinement le pantalon mou du genou et du c*l, soit je rejoins la décision du conseil de famille qui a voté à l’unanimité le rejet du sarouel.

Se prendre une bonne veste

Comment se prendre une bonne veste sans se louper, en laissant de côté toute idée de free-style ? En adoptant un patron Burda, bien sûr.

En passant outre les explications ultra-incompréhensibles et les photos anti-trendy, les patrons Burda sont plutôt bien fichus.

Pour me tailler cette veste loose au confort absolu, j’ai utilisé le modèle 111 du magazine Burda Tendances Mode de juin 2009 à la couverture hautement désirable.

Passons la veste mémère pour retenir éventuellement le bijou de tête en plumes, quoique en blanc, il reste à mon goût un rien cul-cul. Toujours est-il que ce numéro regorge de modèles sympas. Pour celles qui l’ont adopté en juin dernier, je pense que vous serez d’accord avec moi.

Côté technique, je n’ai apporté aucune modification sur la base d’une taille 36 à l’exception des manches que j’ai rallongées de 3 cms, et des poches + ceinture que j’ai tout bonnement zappées.

Très simple à réaliser, j’ai néanmoins passé un temps de dingue sur les finitions que je souhaitais les plus nickel possibles, la veste n’étant pas doublée. Avec ce tissu très souple (mélange de laine) je craignais un effet « vagues » sur les ourlets, j’ai donc ajouté un biais satin sur toutes les extrêmités et parementures. Forcément, c’est plus long, en tout cas, pour moi.

Sur le plan explications, j’ai exploité les schémas autrement plus clairs du manteau L, (Stylish Dress Book 2)

Portée ouverte dans un style boyish, elle est aussi confortable que mon vieux peignoir bien-aimé et viendra réchauffer toutes mes tenues d’hiver et même me réchauffer tout court, l’Homme est d’ailleurs moyennement pressé de se farcir mes doigts de pieds glaçés sous la couette :

Marinière H&M (en ce moment, 9,90 euros) – BFJ Freep’Star – Boots André – Ceinture H&M – Collier homemade – Serre-tête Claire’s

Ou ceinturée pour une allure plus féminine, voilà pourquoi j’ai zappé la ceinture coordonnée, j’aime autant piocher dans ma ceinturothèque et varier ainsi les plaisirs :

TS à sequins Zara (soldes hiver 2009) – Slim léopard H&M – Bootes Minelli – Ceinture Pimkie – Bracelet Claire’s

Zoom sur les détails qui, n’ayons pas peur des mots, font toute ma fierté et m’en ont par ailleurs bien fait baver :

Parementure et ourlet

Premier jour d’automne today, excellent début de semaine à vous !

Newsletter

Archives

Blog commercialisé par :