Claudine, ton col !

Dans la lignée du retour au minimalisme, le col claudine opère un grand retour cet hiver et j’en suis toute réjouie.

Le très joli visuel Sandro m’a doucement titillé :

Les inspirations ne manquent pas, dans un esprit tradi-branché pour jouer les écolieres faussement sages,  j’adore !

De gauche à droite : Carven, Alexa Chung (j’admire sa parfaite maîtrise de l’allure néo-bcbg sans en faire des tonnes), robe Zara (nouvelle collection) et Anna Sui 

Pas encore prête à porter le col immaculé, j’ai préféré miser sur un sobre coton noir pour ma première tentative. Attention à la nouveauté, j’ai remplacé mon indécrottable passepoil par un biais gris satiné sur le gentil petit col, voyez un peu la nuance.

Une petite version avec un jean basique et quelques touches de fauve pour décoincer l’ensemble :

Jean Zara – Ceinture cuir tressé H&M – Sac cartable Ebay – Bracelet Claire’s

 La fente du dos est loin d’être nickel ainsi que l’encolure que je trouve un chouilla trop grande, à revoir !

Une autre version un peu plus rock avec une petite veste Isaure en drap de laine gris tweedé et une ceinture taille haute, sans oublier de jolies chaussettes en pur fil d’écosse (ça me change de mes chaussettes de supermarket)

 Ceinture Pimkie – Boots compensées André – Chaussettes « Mes Chaussettes Rouges« 

A mon grand désarroi, le col claudine souffre de lourds préjugés et voilà la perception de l’Homme :

Si un jour, j’ai le malheur de rapporter ce type de petite pièce follement sexy, je reçoit direct un coffret cadeau au charmant Hôtel du Cul Tourné.

ALICE

Top oversize ALICE en drap de laine

A mi-chemin entre le cropped et la cape, le top Alice oversize s’inspire de ces deux tendances incontournables cet hiver. Sa matière noble lui confère une tenue à toute épreuve et vous enveloppe d’une douce chaleur.

La souris’ touch : preppy sur un jean slim reboulé aux chevilles ou néo-bourgeoise en jupe midi, à moins que vous ne soyez une inconditionnelle des micro-longueurs, tout est permis. A enfiler comme un bon vieux pull moelleux, il réveille à coup sûr votre vestiaire en vous apportant une dégaine dans l’air du temps.

Matière et couleurs :  drap de laine,  camel et  rouge

Détails : coupe plutôt courte et oversize – encolure et bas de manches soulignées d’un biais noir satiné et strié  – coutures surjetées – Longueur milieu dos : 53 cm

Taille : unique

Disponibilité : épuisé

Prix : 55 euros

La jalousie est un vilain défaut

En matière de grands principes éducatifs, je suis championne du monde pour bassiner mes lardons, combien de fois je leur répète de se contenter de ce qu’ils ont déjà plutôt que de zieuter en permanence l’assiette du voisin : « Quentin a la Wii et pas nous, ma copine a des super chaussures qui respirent et pas moi », j’en passe…de vrais malheureux ces enfants.

Je le confesse, à moi aussi il m’arrive de trouver l’herbe plus verte ailleurs et dans ces moments là, je me trouve miteuse tant cette sensation est désagréable.

Il peut s’agir de considérations bassement matérielles comme comparer (rien que le mot, beurk) ma baraque à celles de nos propres amis et les envier, pas très glorieux, hein !

J’envie aussi certains talents, commes celles qui écrivent à la perfection en trouvant toujours le mot juste pour exprimer leur pensée ou encore celles qui n’ont peur de rien et foncent au culot sans poser des milliards de questions tandis que l’inconnu me paralyse, j’en ai fait mon combat quotidien, c’est dire !

Ma dernière jalousie en date ? Une tuerie de blouse présentée par Aurélie il y a quelques semaines. Aussitôt vue, aussitôt convoitée.

Comme vous le savez, j’ai rencontré un paquet d’embûches pour vaincre la mienne, serait-ce une punition ?

Le projet d’une belle patte de boutonnage parti en sucette, il fallait trouver une solution de repli.

Pantalon carotte Zara – Derbies Eram – Collier Pimkie – Vernis Hello Kitty – Ceinture en coton tressé H&M – Rouge à lèvres Revlon (rhooooô, j’ai osé) coloris 646 « Super lustrous lipstick ».

Le patron ? Eh bien, sans surprise, encore le modèle R du Stylish Dress Book 2 que je surexploite, les déclinaisons possibles se bousculant au portillon. Accro au passepoil, j’ai poussé le vice jusqu’à en poser sur les emmanchures, du coup, j’ai eu la main plus légère sur le devant.

Quant au tissu, c’est un coupon from Toto Lille, une saleté fragile et glissante, la totale ! Gros coup de coeur par contre sur la couleur indéfinissable entre taupe et violine

Pardon pour cette honteuse confession qui mine de rien me rend déjà plus légère et…moins jalouse. Les bienfaits de la blogothérapie ?

Edit : je ne peux m’empêcher de rebondir sur les comms d’Eva Birman et Bulles d’Infos que je rejoins à 100 %, l’envie peut en effet être prise au sens positif du terme si elle devient un moteur ou une stimulation constructive. C’est bien dans cet état d’esprit que je me suis concoctée cette blouse et non en serrant les dents pour retenir une quelconque aigreur, je fuis ce sentiment comme la peste, et comme le dit justement Cilou, il est destructeur et rend tout simplement malheureux, alors non merci !!!!!

Alice au pays du camel

Titre directement inspiré par Spiruline sur la version rouge, voici le troisième coloris du top oversize ALICE dans un doux camel, toujours en drap de laine, ma matière fétiche de l’hiver.

Cette couleur annoncée comme la tendance phare de cet hiver n’est pas forcément très rock’n’roll au premier abord, et malgré tout j’en fais ma came quasi-quotidienne depuis quelques semaines (amis des jeux de mots moisis, soyez les bienvenus).

Top ALICE une souris dans mon dressing (disponible ICI) – Pantalon carrot Zara – Derbies Zara – Collier Kapagande

Sous le top camel se cache une nouvelle blouse qui m’a demandé un self-control hors du commun, j’en ai bavé comme une malade pour en  tirer quelques chose de décent avec pas moins de 3 déconvenues irréversibles.

Mon idée de départ ? Créer une large patte de boutonnage, ce n’est pas la première à mon actif et pourtant c’est le drame :

Erreur monumentale sur les mesures avec un décalage d’au moins 2 cm sur les pattes, je suis bonne pour recommencer à zéro. Les boules.

2ème tentative qui se solde par un nouvel échec :

Cette fois, le tissu ultra-fragile (du satin de coton) me fait le cadeau d’un début de trou, je venais à peine de crier victoire pour cette patte presque nickel. Je crie maintenant de rage et je recoupe. Les grosses boules.

J’ignore encore ce qui m’a retenu de tout flanquer à la poubelle, mon côté borné peut être ?

Suite au prochain épisode…