Alors ces fêtes ?

Entre la bonne ripaille, la boisson qui fait rire et les nuits raccourcies, il faut toujours un peu de temps pour se remettre des fêtes de Noël, je me trompe ?

J’espère que vous avez toutes (et tous ?) été bien gâtés, chez nous, ce sont les lardons qui ont le plus assuré en terme de cadeaux, ils se sont montrés d’une générosité à notre égard tout à fait inégalée.

Tout à commencé avec une petite grippette pour la dernière, rien de bien méchant mais on s’en serait bien passé surtout quand on oublie le Doliprane at home et qu’on pouvait quasi faire cuire un oeuf sur le frond de ma fille, je revendique ici mon statut de mère bien organisée.

Ensuite, la gastro s’est invitée à la fête, pour mon fiston, immédiatement refilée à sa soeur, à qui le tour ?

Et enfin pour parfaire le tableau, des invités non-désirables se sont incrustés sur les têtes de mes lardons, j’ai nommé nos amis les poux.

Malgré tout, ces bonnes nouvelles n’ont empêché personne d’ouvrir ses paquets le 25.

Leurs parents inclus, qui à l’origine étaient exemptés de cadeaux, notre home sweet home a en effet besoin d’un sérieux lifting, et la peinture avait peu de chance d’être rapportée par le Père Noël himself.

Mais un sapin dépourvu de cadeaux pour papa-maman a-t’il un sens ? Bien sûr que non, j’ai donc un peu triché.

Pour papa, un bon gros pull col châle trouvé chez le suédois et la remarque qui tue : « on avait dit pas de cadeaux ! ». Il était quand même bien content, le bougre.

Et pour maman, un top rayé, à épaulettes zippées shoppé en vitesse chez Zara. Remarque touchante de Faustinette : « t’avais raison maman, il sait exactement ce qu’on aime le Père Noël, même pour papa et toi, il ne s’est pas trompé »

La magie de Noël a opéré, c’est l’essentiel, non ?

Je vous retrouve dès demain avec de la jupette à volants et son tuto :

Bon dimanche !

Alors ces fêtes ?

Entre la bonne ripaille, la boisson qui fait rire et les nuits raccourcies, il faut toujours un peu de temps pour se remettre des fêtes de Noël, je me trompe ?

J’espère que vous avez toutes (et tous ?) été bien gâtés, chez nous, ce sont les lardons qui ont le plus assuré en terme de cadeaux, ils se sont montrés d’une générosité à notre égard tout à fait inégalée.

Tout à commencé avec une petite grippette pour la dernière, rien de bien méchant mais on s’en serait bien passé surtout quand on oublie le Doliprane at home et qu’on pouvait quasi faire cuire un oeuf sur le frond de ma fille, je revendique ici mon statut de mère bien organisée.

Ensuite, la gastro s’est invitée à la fête, pour mon fiston, immédiatement refilée à sa soeur, à qui le tour ?

Et enfin pour parfaire le tableau, des invités non-désirables se sont incrustés sur les têtes de mes lardons, j’ai nommé nos amis les poux.

Malgré tout, ces bonnes nouvelles n’ont empêché personne d’ouvrir ses paquets le 25.

Leurs parents inclus, qui à l’origine étaient exemptés de cadeaux, notre home sweet home a en effet besoin d’un sérieux lifting, et la peinture avait peu de chance d’être rapportée par le Père Noël himself.

Mais un sapin dépourvu de cadeaux pour papa-maman a-t’il un sens ? Bien sûr que non, j’ai donc un peu triché.

Pour papa, un bon gros pull col châle trouvé chez le suédois et la remarque qui tue : « on avait dit pas de cadeaux ! ». Il était quand même bien content, le bougre.

Et pour maman, un top rayé, à épaulettes zippées shoppé en vitesse chez Zara. Remarque touchante de Faustinette : « t’avais raison maman, il sait exactement ce qu’on aime le Père Noël, même pour papa et toi, il ne s’est pas trompé »

La magie de Noël a opéré, c’est l’essentiel, non ?

Je vous retrouve dès demain avec de la jupette à volants et son tuto :

Bon dimanche !

Et si on rêvait…

Il fait un froid de gueux, la jolie neige de dimanche s’est transformée en bouillasse grisâtre, on a tous une mine à faire peur, le marathon de Noël est loin d’être terminé et la pire saison de l’année vient seulement de débuter. Bref, on n’est pas rendus. (petite expression ch’timi chère à mon coeur)

Alors si on rêvait, au moins un chouilla ?

Pas du père Noël, c’est certain. Mais des nouvelles collections par exemple. A J-15 des soldes d’hiver, je place la charrue avant les boeufs me direz-vous, mais je ne résiste pas au plaisir d’admirer des couleurs printanières et des matières légères.

Je vous propose un petit tour d’horizon d’une créatrice bien inspirante, notre Isabel Marant nationale. J’ai trié sa collection à ma sauce en 4 thèmes qui m’ont le plus séduite.

Le rose vif revient sur le devant de la scène, si c’est pas de la bonne nouvelle ça ! Blouse ou liquette, sur un short, un pantalon flou ou sans rien du tout, il y a de quoi s’amuser. Le tout relevé par des bottes dégoulinantes qui font la signature Marant (on note le retour des franges), un fine écharpe argent et des BO à plumes, voilà des looks ultra-gais et rafraîchissants.

Le camaïeu de couleurs nudes, toujours bien présentes et plus faciles à porter sur une peau hâlée que sur un blanc d’hiver façon bidet. Ces teintes chair sont réhaussées des mêmes BO à plumes dans un rouge profond, j’en veux ! Donc première résolution de l’année 2010 : me faire repercer les oreilles et foncer à La Droguerie.

De la petite veste chanelisante jusqu’à la veste façon manteau en passant par la version épaulée, elle a tout pour plaire. Sensible au sarouel même s’il n’a toujours pas obtenu son titre de séjour à la maison, j’émets quand même quelques doutes sur ce modèle à rayures très Obélix attitude. On a déjà vu plus flatteur et ce mannequin qui doit peser maxi 35 kgs toute mouillée donne l’impression de s’être pris 3 tailles dans les dents, j’exagère ? Allez, juste un peu.

Ah les volants ! En jupette ou en robette, je les prends tous sans hésiter. A eux seuls, il vous font une silhouette féminine sans en faire des caisses. Je n’ai d’ailleurs pas attendu pour m’en concocter une à porter immédiatement sur des gros collants.

Un petit aperçu avant de vous la montrer bientôt avec quelques explications maison ?

Retour à la réalité avec des cadeaux qui attendent d’être emballés, mes deux cocottes croient fermement au Père Noël tandis que mon fiston, à qui on ne la fait plus, me lance des clins d’oeil entendus, je savoure ces moments comme du Nutella à la petite cuillère.

Et si on rêvait…

Il fait un froid de gueux, la jolie neige de dimanche s’est transformée en bouillasse grisâtre, on a tous une mine à faire peur, le marathon de Noël est loin d’être terminé et la pire saison de l’année vient seulement de débuter. Bref, on n’est pas rendus. (petite expression ch’timi chère à mon coeur)

Alors si on rêvait, au moins un chouilla ?

Pas du père Noël, c’est certain. Mais des nouvelles collections par exemple. A J-15 des soldes d’hiver, je place la charrue avant les boeufs me direz-vous, mais je ne résiste pas au plaisir d’admirer des couleurs printanières et des matières légères.

Je vous propose un petit tour d’horizon d’une créatrice bien inspirante, notre Isabel Marant nationale. J’ai trié sa collection à ma sauce en 4 thèmes qui m’ont le plus séduite.

Le rose vif revient sur le devant de la scène, si c’est pas de la bonne nouvelle ça ! Blouse ou liquette, sur un short, un pantalon flou ou sans rien du tout, il y a de quoi s’amuser. Le tout relevé par des bottes dégoulinantes qui font la signature Marant (on note le retour des franges), un fine écharpe argent et des BO à plumes, voilà des looks ultra-gais et rafraîchissants.

Le camaïeu de couleurs nudes, toujours bien présentes et plus faciles à porter sur une peau hâlée que sur un blanc d’hiver façon bidet. Ces teintes chair sont réhaussées des mêmes BO à plumes dans un rouge profond, j’en veux ! Donc première résolution de l’année 2010 : me faire repercer les oreilles et foncer à La Droguerie.

De la petite veste chanelisante jusqu’à la veste façon manteau en passant par la version épaulée, elle a tout pour plaire. Sensible au sarouel même s’il n’a toujours pas obtenu son titre de séjour à la maison, j’émets quand même quelques doutes sur ce modèle à rayures très Obélix attitude. On a déjà vu plus flatteur et ce mannequin qui doit peser maxi 35 kgs toute mouillée donne l’impression de s’être pris 3 tailles dans les dents, j’exagère ? Allez, juste un peu.

Ah les volants ! En jupette ou en robette, je les prends tous sans hésiter. A eux seuls, il vous font une silhouette féminine sans en faire des caisses. Je n’ai d’ailleurs pas attendu pour m’en concocter une à porter immédiatement sur des gros collants.

Un petit aperçu avant de vous la montrer bientôt avec quelques explications maison ?

Retour à la réalité avec des cadeaux qui attendent d’être emballés, mes deux cocottes croient fermement au Père Noël tandis que mon fiston, à qui on ne la fait plus, me lance des clins d’oeil entendus, je savoure ces moments comme du Nutella à la petite cuillère.

Newsletter

Archives

Blog commercialisé par :