Une ceinture sinon rien

Vous commencez à connaître ma marotte, si je ne devais garder qu’un seul accessoire dans mon placard, ce serait bien la ceinture, avec un faible pour celle qui marque bien la taille, haute quoi.

A elle toute seule, cet objet plus ou moins large apporte du relief à n’importe quelle tenue. Revers de la médaille, elle ne fait pas de cadeau aux excès de table, le petit bourrelet est alors révélé dans toute sa splendeur, surtout en position assise au moment du pisse-mémé si vous voyez ce que je veux dire…

Ma collection s’entasse joliment dans une caisse de pinard (même pas un grand crû) à défaut d’un dressing digne de ce nom. Idéalement, il m’en faudrait une seconde pour y voir plus clair dans ce souk mais où la caser ?

La plupart du temps je les achète toutes faites, en cuir ou en simili quand celui-ci fait illusion et il m’arrive aussi d’en coudre, les versions imprimées étant plus difficiles à dénicher.

Pour réaliser cette ceinture en Liberty Ceaser, je ne me suis pas foulée côté création, j’ai repris ma ceinture en cuir fauve Zara (en bonne place dans mon top 5) et j’ai bêtement recopié. Après tout, pourquoi se compliquer la vie quand on a le bon modèle sous la main ?

Ce Liberty a une particularité, il est en coton épais et non en « tana lawn » commme on a l’habitude de le voir. S’il je le sens moyen en vêtement, il se prête en revanche plutôt bien aux accessoires grâce à sa tenue plus raide. (Anne-So, si tu me lis, encore merci de me l’avoir rapporté from England).

Pour éviter les plis façon sharpei, j’ai ajouté un tissu thermocollant sur tous ses côtés, liens inclus. Ainsi, elle reste droite comme un I, même avec le bourrelet disgracieux du soir.

Côté dressing, elle vient combler, (avec un petit butin soldesque soit-dit en passant), mon besoin impérieux de couleurs vives histoire d’oublier la grisaille ambiante.

Chemise H&M (rayon homme) – Short jean Promod – Collants « Divine » Auchan

Voilà l’objet du délit, les bottes La Redoute proposées dans une foultitude de couleurs en 4ème de couv’ du gros catalogue, elles m’avaient tapé dans l’oeil dès le mois d’août dernier. Le plus dur ? Choisir la couleur justement. Commandées dans un premier temps en rouge (40%, ça ne se refuse pas), elles sont reparties d’où elles venaient aussitôt le colis ouvert, jamais vu un rouge aussi beurk. Allons-y pour le bleu klein, il fera ami-ami avec mon écharpe XXL.

J’ai aussi testé une version plus low-profile niveau couleurs :

Veste homemade – Col roulé H&M (soldé 5 euros en ce moment) – Short H&M – Collier homemade- Boots La Redoute

Et une version jean + marinière parce que rien ne vaut les valeurs sûres, je ne vous en présente qu’un bref aperçu, je sens que je vous ai déjà bien saoûlées.

D’autant que ma ceinture s’est prise d’amitié pour un autre accessoire tricoté cette fois, je peux vous dire qu’ils s’entendent comme deux larrons en foire ces deux là. Si ça pouvait marcher aussi du côté de mes lardons qui ont passé le WE à hurler et s’étriper…

Tartan #2

Il y a des jours comme ça où vous vous retrouvez les bras ballants face à votre dressing (un placard en vrai) tout en vous demandant ce que vous allez bien pouvoir vous mettre sur le dos.

Il est pourtant bien fourni ce dressing mais à peine levée, votre humeur se branche en mode mauvais poil et votre bonne foi légendaire prend le dessus : « j’ai rien à me mettre, tout est vieux, moche et impossible à associer ».

A cet instant, L’Homme bondit de son lit pour vous sauter dessus :  « tu te fous du monde, ça déborde ici ! ».

Leçon n°1 : éviter de prononcer des phrases qui fâchent dès le réveil.

Leçon n°2 : avoir sous la main une petite tunique-liquette, à enfiler sans broncher pour ces fameux jours sans inspiration.

Tunique réalisée d’après le modèle R du Stylish Dress Book 2 :

Sur la base d’une taille 7, toutes les fronces et smocks supprimées, longueur bien réduite avec forme arrondie dans le bas façon liquette de grand-père, manches rallongées et ajout de pattes de boutonnage pour les rebouler. Enfin, plastron boutonné appliqué sur le devant.

Pour supporter les températures en chute libre, on lui ajoute une petite laine et une écharpe :

Liquette homemade (tartan Stop Tissus) – Gilet de grossesse H&M – Echarpe Avant-Première (Galeries Lafayettes) – Tregging Pimkie – Boots La Redoute

Bon WE avec un peu d’avance !

Tartan #1

Une petite dernière, par définition, récupère la quasi-intégralité du dressing de sa grande soeur. Aussi, quand sa gentille môman lui concocte une petite blouse en exclu pour elle, c’est la fête à la maison.

Toute simple avec des emmanchures raglan et une encolure élastiquée pour l’enfiler facilement.

Ma proposition de réaliser son clone pour la plus grande a été accueillie par un non catégorique : « j’aime pas les carreaux et encore moins la couleur ». Voilà ce que c’est que de lui avoir fait bouffer du rose jusqu’à l’écoeurement, elle est restée accro.

Aucun de mes arguments sur le côté tendance du tartan, ou l’effet rock des couleurs n’ont réussi à la convaincre : « je m’en fiche de ton bla-bla, j’aime pas j’te dis ».

J’en ai contenté au moins une, c’est toujours ça de pris. Et au moment des photos, Ninon a assuré le show :

Patron des IPE

Encouragée par ma cocotte, je me suis fait une version liquette, hyper pratique pour les jours de flemme ou de non-inspiration :

A très vite pour vous montrer la suite…

Sweat- veste

Avant toute chose, mille merci pour tous vos petits mots à l’occasion des 9 ans de mon petiot, vous êtes tout simplement démentes.

On démarre l’année en douceur avec une petite veste-gilet en sweat, inspirée de mon mentor habituel, est-il encore utile de la nommer ?

Pour la réaliser, j’ai repris mon patron de blouse à manches gigot et dessiné un nouveau devant avec un effet de pans asymétriques.

Non-doublée pour conserver tout le moelleux du sweat, ma nouvelle copine la surjeteuse a assuré les finitions intérieures, adieu point zig-zag, tu ne me manques pas.

Quant aux bords extérieurs, j’ai ajouté un biais satin argent pour la touche glitter.

Ma petite veste est arrivée à point nommé pour s’associer avec cette marinière dégotée dans une boutique très sympa à deux pas de chez moi :

174, rue Jean Jaurès à Villeneuve d’Ascq

Maud propose un destock de marques ultra-tendances dont les réductions oscillent entre 30% et 70% avec un renouvellement tous les 15 jours. La marinière me titillait en vitrine depuis quelques jours. Bien épaisse, en 100 % coton, une coupe basique et intemporelle, voilà les ingrédients d’un craquage en bonne et due forme, qui plus est quand celle-ci est la toute dernière du magasin.

Côté dressing, la veste, tout comme la marinière, se combinent finger in the nose, un petit défilé de rentrée ?

Version fermée par une broche rétro :

Marinière Lovely Lili – Jupe Monoprix – Bottes Minelli

Sans manteau par un froid polaire, être blogueuse nous fait parfois faire n’importe quoi.

Version ouverte pour une allure plus décontractée, sans lipstick rouge qui ne fait pas de cadeau à mes dents nicotinées, merci à L’Homme de l’avoir gentiment souligné :

Collier Clash – Jupe Pimkie – Sac La Redoute – Boots André

Et enfin, version ceinturée parce que je ne peux pas m’en empêcher :

Slim enduit H&M – Ceinture Pimkie – Boots cloutées La Redoute – Collier Clash

Belle journée à toutes !

Newsletter

Archives

Blog commercialisé par :