Monthly Archives: avril 2013

Ah ce qu’on était bien !

Plantons tout de suite le décor avec cette photo que plus cliché c’est pas possible et aussi un peu enfoirée sur les bords, mille excuses.

Car à quelques menus détails près, ces vacances ont largement dépassé ce qu’on pouvait en attendre : club plus qu’honorable, et ce malgré une forte concentration de ruskoffs beaufs et bruyants, ceci dit, allez savoir ce qu’ils pensent des français, c’est peut-être pire.

Ciel bleu marine, fonds marins renversants (bon tout près du bord avec masque et tuba, les profondeurs me terrorisent) et lever de coude sont les éléments principaux qui nous ont réjoui pendant ces 7 jours de rêve, comme les russes en fait, une bonne échelle en-dessous sur ce coup-là, inutile de rivaliser, ils nous mettent un énorme boulevard.

Et alors, l’intendance réduite à néant relève de l’extase absolue, c’est bon de faire sa duchesse quand même, d’ailleurs si quelqu’un est intéressé pour venir vider mes poubelles, merci de me contacter. D’ici là, je me suis offert des éponges toutes neuves, il faut aussi se faire plaisir en rentrant.

L’autre bonne nouvelle inattendue : mon I-phone ne m’a pas manqué une seule seconde, flanqué au coffre sans réseau, ça aide pas mal à déconnecter pour de bon.

On se fait un petit tour au soleil ? (pardon si c’est agaçant, avec cette reprise sous le signe de la grisaille, cela aura au moins le mérite de me prolonger un chouilla les vacances).

Continue reading »

Vacances = déconnexion

J’ai fait une promesse à mes lardons ainsi qu’à Dim : ne pas toucher à mon I-phone pendant 1 semaine, ils n’en peuvent plus les pauvres.

Les insultes pleuvent, à 4 contre 1, comment voulez-vous faire le poids ?

Entre nous, je sens que cette désintoxication sera aussi salutaire qu’éprouvante (ça craint), du moins au début.

Car si j’en crois tous les articles relatifs à cette addiction, ou les divers tests pour se faire mal, la sentence tombe : je suis (comme beaucoup, on se rassure comme on peut) une cyber-dépendante, état qui relève limite d’une pathologie, flippant ! Déjà que j’étais météo-dépendante, va falloir consulter…

Le mot est vilain et pourtant, à force de partager des moments sur Instagram (et de passer du temps sur le blog), je ne vis plus pleinement l’instant présent avec les personnes qui m’entourent et ça, c’est encore plus moche.

Alors, ces vacances sous le soleil d’Egypte, je vais les savourer à 100 % avec ma tribu (je me jetterai sur mon téléphone en rentrant, comme une débile).

Très bonnes vacances à toutes celles et ceux qui ont aussi cette chance dingue de partir respirer un autre air et à la semaine prochaine !

(Juste pour info, le e-shop reste ouvert mais les commandes seront expédiées à partir du lundi 29 avril)

Faire tapisserie (ou pas)

Ce tissu fleuri m’a tapé dans l’oeil au premier regard, probablement plus destiné à des coussins ou autre nappe que de l’habillement.

Tant pis, j’avais très envie de partir dans cette voie là, tout en mesurant le risque hautement casse-gueule.

Ce sera donc une veste, avec des pans ouverts un peu dans un esprit perfecto, doublé dans un autre tissu, du jean à fines rayures qui ressemble à s’y méprendre à celui des célèbres salopettes OshKosh, instant nostalgie, ils en ont bouffé mes lardons !

Toute contente de me coudre un truc perso au potentiel joyeux (aussi, non ?), l’excitation a ensuite cédé la place a un doute affreux : et si elle semblait sortie tout droit de chez Desigual ?

Pardon pour celles qui aiment cette marque mais pour moi, sans dire que c’est de mauvais-goût (qui je suis pour affirmer un truc pareil ?), non vraiment, c’est pas possible.

Ma mum, fan de couleurs vives et de mix & match l’a validée, pour ma part, je ne sais plus trop quoi en penser à vrai dire.

Continue reading »

La veste à clous H&M, New Icons

Ce week-end, j’ai testé une nouvelle forme de shopping à distance, sans aucun clic, ni préméditation, ce qui l’a rendu encore plus excitant. Je m’explique.

Prenez votre bonne copine en vadrouille dans le centre commercial du coin et laissez-vous surprendre par son MMS en direct d’une cabine d’essayage pour vous demander votre avis.

Exprimez alors tout votre enthousiasme (ouiiiiiiii !!!!!!!!!!!!!) et demandez-lui au passage de vous prendre la même.

L’affaire se corse car la veste en question, installée en rayon le matin disparaît comme pour rire, c’est ça le pouvoir d’une belle campagne de pub qui donne envie de foncer la tête la première dans le premier H&M venu.

Re-échanges de MMS pour valider le dernier 42 dispo, la bête taille petit, c’est celle-ci que j’accueillerai sur mes épaules.

Emballé, c’est pesé, livraison à domicile, royal au bar (merciiiii ma grande folle-personal-shopper !).

Maintenant, imaginons que j’ai la bouche en forme de coeur du top Lindsey Wixon, avec le même âge tant qu’on y est, ben quoi, ça gêne quelqu’un que je me fasse un énorme film ?

Continue reading »