Top oversize : le tuto !

C’était pas la grande forme ce WE, prenez une sorte d’allergie que vous mixez à un début de bronchite, sortez deux soirs de suite et vous obtenez une souris pas drôle et toute ramollo.

Même mon head-band de princesse qui m’a valu le surnom de « Jubilé » tout la soirée n’a pas réussi à me rendre plus joyeuse.

Ajoutons que j’ai déglingué la voiture de Dim comme la neuneu de service qui aurait dégoté son permis de conduire dans un baril d’Ariel. En même temps, c’est de ma faute si le radar de recul n’était pas fichu d’indiquer le haut de la benne située juste derrière ?

Bilan : pare-brise explosé, carrosserie joliment gondolée et sentiment d’humiliation des plus bénéfiques pour l’ego. Le pire ? Un état de sobriété irréprochable en rentrant samedi soir, je tiens à le souligner !

Bref, au lieu d’aller geindre bêtement sous la couette, autant s’atteler au tuto du top oversize que je vous avais promis.

Puisque le précédent est parti chez une nouvelle propriétaire et afin d’y ajouter les photos de chaque étape de sa réalisation, j’en ai refait un autre (avec quelques petites modifs), les aguerries en couture s’en taperont comme de leur première culotte, les débutantes y trouveront probablement une utilité.

Les fournitures  :

– 1,30 mètre de lin (1,45 mètre si le tissu comporte un imprimé, auquel cas il faudra placer la manche dans le bon sens en-dessous et non à côté du devant, cf photo avec position des patrons sur le tissu)

– 2 mètres de biais

– 1 morceau de tissu coordonné au biais (ou pas) de 18 cm de hauteur par 25 cm de large pour les pattes boutonnées aux manches

– 2 boutons

– Papier kraft ou spécial patrons pour recopier les croquis ci-dessous avec les bonnes cotes.

Vous êtes prêtes ? On positionne les patron obtenus et on coupe !

Plier le tissu dans le sens de la hauteur (laize contre laize) et positionner les patrons au bord du pli. Avec le lin et sa fâcheuse tendance à glisser, il faut aussi bien vérifier le droit fil.

Couper le long des patrons, les coutures de 1 cm sont comprises ainsi que l’ourlet du bas de 4 cm.

Placer le devant et le dos l’un sur l’autre, endroit contre endroit et assembler les épaules avec des épingles.

Piquer les épaules et repasser les coutures en placant le surplus de couture vers le dos.

Piquer les deux manches et repasser en placant le surplus de couture vers le bas de la manche

Assembler les côtés et piquer depuis l’extrêmité des manches jusqu’au bas du corps.

On passe à l’ourlet :

Je me vante souvent d’être comme Popeye avec un compas dans l’oeil (preuve en est avec ce regrettable incident de bagnole) mais par précaution, je préfère tracer quelques repères avec un règle pour être certaine d’obtenir un ourlet bien droit.

Ici, j’ai fait un simple rentré, préalablement surjeté. Si vous n’avez pas de surjeteuse, vous pouvez alors faire un double rentré pour une finition plus clean (un premier pli sur environ 1 cm, puis un second sur 3 cm)

On peut maintenant attaquer les finitions d’encolure et bas de manches, ça devient sympa :

Pour démarrer la pose du biais, chacun sa technique, pour ma part, je forme un pli que je pose juste devant une couture, sur l’endroit.

Quand j’ai piqué tout le tour, je laisse déborder l’extrémité sur le pli et je coupe presque à ras de la couture.

Ensuite on plie deux fois vers l’intérieur de façon à ce que le biais se retrouve sur l’envers.

Une fois plié et piqué, le raccord entre les deux extrémités du biais est presque invisible.

Rebelote sur les bas des manches, il reste à la fin 17 cm de biais sur les deux mètres, pile de quoi faire un petit bracelet.

– On termine enfin par les pattes de manches :

Les coutures de 7 mm sont comprises, il faut ensuite recouper les surplus de coutures à 3 mm du bord, voire un peu moins près des pointes pour les extraire plus facilement en les retournant (cf photo de gauche).

Une fois retournées et repassées, on fait une surpiqûre pour la petite finition qui va bien et leur apporter plus de tenue.

Poser la patte sur l’envers de la manche à 6,5 cm du bord, je conseille de marquer au fer le pli du revers de manche avant cette étape pour faciliter le postionnement.

Celle-ci doit être placée au milieu par rapport à la ligne de couture d’épaule, on peut aussi marquer un repère au fer sur la manche.

Piquer sur les 4 côtés du rectangle puis terminer par un croix.

Terminer par les boutonnières (que j’aurai dû faire avant de piquer les pattes sur le top, histoire de m’éviter un changement de fil de canette)

Coudre enfin les boutons et attacher les pattes, votre top est prêt à être enfilé !

J’espère que ce tuto est plus limpide que du chinois, en recopiant bien les cotes, ça devrait rouler, d’autant que ce top est tellement large qu’il tolère des petites marges d’erreurs.

La couture, c’est un peu comme chez les coiffeur, entre ce qu’on souhaite, notre façon de l’exprimer (« ben, euh, un léger dégradé » d’une voix hésitante) et ce que comprend au final le tortionnaire (ou magicien) aux ciseaux, il y a parfois un monde d’incompréhensions…

Evidemment, je me suis empressée de confronter ce nouveau venu au reste de mon dressing en appliquant ce bon vieux précepte « large en haut, ajusté en bas » et ma foi, quelques petits looks en sont sortis sans y réfléchir des heures, je vous les présente très vite.

Et au fait, verdict des pompons sur le foulard ethnique : je les ai recoupés en laissant une longueur de 3 cm, c’est déjà beaucoup mieux.

Maintenant, il faudrait que  je trouve le courage de les remplacer par d’autres de plus belle facture, en soie ou coton mercerisé, merci à toutes pour vos avis et suggestions !

Edit du 07/07 : comme ce top se porte très ample (oversize donc), il s’agit d’une taille UNIQUE, qui convient aussi bien à une taille 36 qu’à un bon 42, le porté sera juste un peu différent d’une morpho à l’autre.

101 thoughts on “Top oversize : le tuto !”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>