Flemmite aigüe

J-7 avant le départ en vacances, je sature, le Nord se vide à vue d’oeil, mon quartier semble abandonné avec les magasins quasi tous fermés, et il me reste des tonnes de petits trucs plus ou moins gonflants à expédier, du genre ranger la maison qui ressemble à un vaste taudis. Ma vie est grisante.

Depuis la création de mon blog il y a déjà 6 mois, mon côté Bree a tout bonnement disparu, je suis devenue bordélique et piètre cuisinière. L’entretien de mon home sweet home rime avec rien ou presque, juste le minimum syndical. Résultat, tout s’entasse : piles de magazines, fringues d’enfants non triées, jeux Mac Do en plastoc, dessins et coloriages en tout genre. Je ne vous parle pas de mes copines les araignées qui ont trouvé chez moi un super refuge. Bref, du grand n’importe quoi, on étouffe.

Et si je ne réagis pas avant le départ, L’Homme pourrait bien appeler au secours « C’est du Propre » pour y remédier de façon drastique.

J’ai encore un peu de marge, n’empêche, je dois passer à l’action fissa, attention certaines images peuvent heurter la sensibilité des plus organisées :

La chambre de Ninon : no comment

Au RDC, pas mieux

Tout ceci n’est qu’un échantillon (sans aucun trucage), toutefois bien représentatif de l’ampleur des dégats, presque pire que la tornade qui s’est abattue sur Wisteria Lane.

Reste aussi quelques commandes à honorer, c’est encore sur ce plan que je maintiens un minimum de sérieux et d’organisation.

Blouse Liberty et bloomer popeline 6 mois

Il y a également de la robe débutée il y a un bon moment et non terminée, pourtant ce tissu poudré, un poil satiné me plaît pas mal. Je me rassure, les couleurs nude seront encore de la partie l’hiver prochain. Bien raccourcie et surtout achevée, elle pourra peut être faire la blague avec une belle paire de cuissardes.

Enfin, comme je ne suis plus à une pile près, un stock de tissus tout frais est venu s’ajouter, trônant bien évidemment dans la salle à manger, à défaut d’atelier et surtout de placards qui mériteraient d’être vidés.

Pas moyen de résister devant ces draps de laine que j’imagine déjà en perfectos ou petites vestes, du velours indigo, de la popeline et même de l’imprimé python à transformer, qui sait, en jupe à l’image des silhouettes Isabel Marant hautement désirables.

Courte ou longue, aucune idée pour le moment, toujours est-il qu’on va encore déguster du volant la saison prochaine et c’est tant mieux.

Que mes pensées soient en mode vacances ou prochaines tendances, mes priorités anti-glam ne progressent pas d’un iota, je m’éparpille, c’est un enfer.

Rassurez-moi, vous aussi, il vous arrive de papillonner et de ne faire les choses qu’à moitié avec une culpabilité aussi imposante que le Mont Blanc ?

174 réponses à Flemmite aigüe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Newsletter

Archives

Blog commercialisé par :